• L’opinion des Québécois sur les médias sociaux: un impact relativement négatif

    Au cours des dernières années, les médias sociaux sont devenus de plus en plus populaires et ils font maintenant partie de notre réalité quotidienne et le Québec n’échappe pas à cette tendance. Étant donné l’ascension rapide de l’utilisation des médias sociaux et son importance en nombre d’utilisateurs, ce phénomène fait souvent l’objet d’analyses et de recherches. Nous avons voulu savoir ce que les gens pensaient des médias sociaux au Québec.

    La firme Léger Marketing a été mandatée par Hebdos Québec pour évaluer l’opinion publique québécoise à propos de plusieurs enjeux et faits de société et plusieurs questions portaient sur les médias sociaux dans cette vaste enquête. La cueillette des données s’est déroulée entre le 12 juillet et le 10 septembre 2012 auprès de 22 200 adultes de 18 ans et plus, résidant dans 111 localités du Québec. Voici quelques résultats probants de la 4e édition de la vaste enquête Découvrez le vrai visage du Québec.

    Les informations contenues dans cette étude sont précieuses pour mieux connaître les millions de personnes qui lisent chaque semaine le journal hebdomadaire de leur communauté et de façon générale pour mieux comprendre notre société sur des sujets précis. Les résultats démontrent que le Québec est loin d’être monolithique et que des variations sont observées selon les régions. Très souvent, comme c’est le cas au Québec, les gens sont fortement divisés sur divers sujets ou thématiques.

    Les médias sociaux: utilisés par la majorité

    Au Québec, près de trois Québécois sur quatre (74%) ont répondu avoir utilisé ou consulté les médias sociaux au cours de la dernière semaine précédant l’enquête (Facebook, Twitter ou Linkedin).

    Médias sociaux et rapports entre les gens: un impact relativement négatif et un Québec divisé

    À la question «Trouvez-vous que les médias sociaux sont en train de modifier profondément les rapports entre les personnes?», 47% des Québécois ont répondu que ceux-ci modifient de façon négative les rapports entre les gens. Cette proportion grimpe même à 52% dans les régions de la Côte-Nord, de Chaudière-Appalaches et des Laurentides. Plus les Québécois sont âgés, plus ils estiment que les médias sociaux ont un impact négatif, et que ceux-ci sont en train de modifier profondément les rapports entre les personnes, de manière négative.

    Selon les données de l’étude, les médias sociaux ont surtout un impact négatif parmi les Québécois à faible revenu, où l’on retrouve une plus forte proportion de gens pour qui les médias sociaux ont eu un impact négatif sur leur vie (13%).

    Le Québec est divisé sur l’impact des médias sociaux, car il y a autant de personnes qui pensent que les médias sociaux accentuent le fossé entre les générations, qu’il y a de personnes qui pensent le contraire (48 %). Du côté des personnes âgées de moins de 40 ans, 49% d’entre eux pensent qu’ils sont essentiels pour rester en contact avec les gens.

    Une fausse impression de contact humain…

    Les Québécois de tous âges et de toutes régions estiment, dans une proportion de 78%, que les médias sociaux créent une fausse impression de contact humain et ce taux monte à 82% sur la Côte-Nord ainsi que dans Lanaudière et à 80% pour la région de Chaudière-Appalaches.

    Mais une façon de lutter contre la solitude, surtout chez les femmes

    Par contre, 51% des gens sont d’avis que les médias sociaux aident à lutter contre la solitude. Ce résultat est particulièrement élevé dans la localité de Rouyn-Noranda avec 68%. Les femmes sont plus nombreuses (53%) que les hommes (47%) à penser que les médias sociaux aident à lutter contre la solitude.

    Les médias sociaux ont un effet mobilisateur, mais surtout auprès des jeunes

    On parle souvent de l’effet d’entraînement ou de mobilisation des médias sociaux, un phénomène qui a été observé lors de l’élection de Barack Obama en 2008 et de sa réélection en 2012, du printemps arabe en 2010 et plus près de nous lors du printemps érable en 2012. Mais ici, parmi les répondants, seul un Québécois sur quatre prétend avoir été mobilisé sur un enjeu social ou politique par les médias sociaux au cours de la dernière année, et c’est à Montréal que l’on enregistre le taux le plus élevé avec 31% (surtout dans Villeray, Plateau Mont-Royal, Ville Mont-Royal et Outremont). Sans surprise, c’est auprès des jeunes de 18 à 29 ans que ce résultat est le plus important avec 46%. C’est en Abitibi-Témiscamingue (61%), à Montréal (55%) et en Outaouais(51%) que cette proportion est la plus élevée parmi les jeunes Québécois.

    Les médias sociaux influencent l’opinion sur les entreprises ou produits

    L’impact des médias sociaux se fait sentir dans plusieurs secteurs et de plus en plus ils contribuent à la perception que nous avons des services offerts et des entreprises. Pour 17 % des personnes sondées dans le cadre de cette enquête, les médias sociaux ont influencé leur opinion sur une entreprise, un produit ou un service. J’en conclus que les médias sociaux ont un faible impact sur le plan commercial et qu’ils sont avant tout un vecteur de mobilisation sociale.

    On parle trop de médias sociaux à la télévision

    Selon 37% des Québécois, la télévision accorde trop d’importance, dans les émissions d’affaires publiques et les bulletins de nouvelles, aux nouvelles véhiculées par les médias sociaux. Ce résultat est de 50% chez les gens âgés de 60 ans et plus, ceux qui justement sont de grands consommateurs de télévision.

    Consultez les tableaux et les résultats complets de l’enquête

    Les résultats complets de cette enquête, ainsi que les tableaux sur la thématique des médias sociaux sont disponibles sur le site sur vraivisagequebec.com.

    Suivez-nous sur Twitter: @gilberpaquette

    Enquête Le Vrai visage du Québec

    Lire la première partie de l'enquête ici.
    Lire la seconde partie de l'enquête ici.
    Lire la troisième partie de l'enquête ici.