• Gendron : De chars et de performance

    Quel lien y a-t-il entre une Honda Civic, une pomme Cortland, un jarret d’agneau, un gratteux de Loto-Québec, un courtier immobilier et le quartier industriel de Laval ? On en jase avec Dan Zagury, vice-président et associé chez Gendron communication.

    Pointe de conversation avec Dan Zagury


    Dan, en 2012 ton partenaire Lawrence Minkoff et toi décidiez de vous associer à Jacques Gendron et Christiane Houle de l’agence Gendron. Pourquoi un gars de Toronto décide-t-il de « descendre » à Montréal alors que la tendance est plutôt de voir les comptes migrer vers la Ville-Reine ?


    Dan : Lawrence (que je connais depuis le cégep) et moi, on avait chacun une belle carrière. Mais on avait le goût d’investir dans quelque chose qui serait à nous. Un jour, Lawrence m’appelle pour me dire qu’une agence québécoise cherchait de nouveaux partenaires. Comme j’avais débuté ma carrière en agence avant de travailler en affichage média, je 
me suis dis : why not. On a rencontré Jacques et Christiane et six mois plus tard, c’était signé. Mais en réalité, c’était également pour des raisons personnelles : j’ai épousé une Québécoise. Je savais donc qu’un jour ou l’autre, je devrais retourner au Québec. ;)

    Dan Zagury
    Associé, vice-président groupe conseil, Gendron communication

    Qu’est-ce qui t’a attiré dans la boite ?


    Dan : Ça va avoir l’air cliché, mais c’est son caractère humain, familial. Dans une industrie où le roulement va jouer dans les 30-40 %, beaucoup de nos employés sont avec nous depuis plus de 10 ans; par exemple, Angéline (la sympathique réceptionniste) est avec nous depuis 17 ans. Je connais tous les conjoints et conjointes des employés. Et nos clients se sentent chez eux ici. On est une belle grande famille reconstituée de 37 personnes !

    Je regarde vos marques : concessionnaires Honda, Vitro Plus, Re/Max. Le retail est prédominant chez vous.


    Dan : Absolument. Jacques et moi partageons la même philosophie face à l’importance des résultats, à la performance. Mais on ne fait pas que du commerce de détail. On fait aussi de l’image, on est très fort en média et nous sommes très actif en événements corporatifs : on organise des colloques, des salons pour des clients tels que la Ville de Laval, Emploi-Québec. Mais tous nos plans marketing, tous nos plans média et même toute la création sont développés avec un souci maniaque de livrer des résultats. On aime faire bouger l’aiguille.

    Et ça, c’est important dans le secteur automobile ! (RIRES)


    Dan : Gendron a effectivement une forte expérience en automobile. Les premiers clients de l’agence étaient des concessionnaires automobiles. Par la suite, ce fut des groupes tels que Groupe Hamel ou Groupe Park Avenue sur la Rive-Sud avec l’équipe de Norman Hébert, mon premier client quand je suis arrivé ! Et enfin, depuis quelques années, l’Association des concessionnaires Honda du Québec.

    Votre expérience dans ce domaine a dû jouer un rôle dans la décision des concessionnaires Honda.


    Dan : Oui, mais l’agence faisait déjà partie de la grande famille Honda. On faisait déjà la création et l’adaptation pour Acura Canada de même que la création et le média pour les produits récréatifs et mécaniques de Honda. Et avant de gagner le compte, on faisait déjà le placement média pour l’association depuis un an.

    Les Japonais viennent-ils vous voir souvent sur le boulevard Dagenais (RIRES) ?


    Dan : Tu ris, mais oui, c’est arrivé ! Pas à nos bureaux, mais le président de Honda était venu assister à l’ouverture du super magasin du Groupe Lallier à Repentigny.

    Parlant 450, pourquoi Gendron a-t-elle opté pour Laval ?


    Dan : Héhé, c’est devenu un peu un running gag pour nous ! Mais en fait, c’est historique : Jacques est un gars de Laval, c’est donc ici qu’il a parti sa boite. On s’est posé la question si ça valait la peine de déménager à Montréal. Mais pourquoi ? On est bien ici. La moitié de notre personnel habite la Rive-Nord, l’autre moitié vit sur l’ile de Montréal. Un seul pont pour tout le monde. Et nos clients aiment bien ça ici eux aussi. Moins compliqué d’accès que Montréal ! Au fond, on est bien fier d’être ici.

    Ça ne vous restreint pas ?


    Dan : Pas du tout. On a des clients qui sont actifs un peu partout au Québec et même au Canada. On a fait une campagne télé pancanadienne pour la chaine de bijouterie Thomas Sabo. On fait la publicité de Pommes Qualité Québec et de la Fédération des producteurs d’agneaux et moutons du Québec. On fait même du Loto-Québec, on imprime pour eux des billets de loterie !

    Ça sent la ligue majeure, tout ça ! D’ailleurs, peu de gens le savent, mais ton agence a déjà battu Sid Lee.


    Dan : Hahaha ! En effet, mais tu oublies de mentionner que c’était au hockey en demi-finale de la Coupe Grenier. Et comme une vilaine blessure était venue affecter l’équipe adverse à la fin du match, on n’a jamais vraiment pu célébrer cette « victoire » ! ;)

    Réagissez à nos pointes de conversation sur Twitter via le #GrenierMag et @pizza4all.